Un forum pour les véritables passionnés de Marilyn Monroe : fan de l'actrice mais aussi de la femme simple et naturelle qu'elle était. Des retrouvailles au travers de ses séances photos, de sa filmographie, des ouvrages qui lui ont été consacrés..
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rizzo Willy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chris
Admin
avatar

Messages : 2940
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 52
Localisation : Marignane

MessageSujet: Rizzo Willy   Ven 18 Fév - 20:50

Deux de ses photos se retrouveront en couverture du magazine Paris Match.
Date définitive 4 janvier 1962 chez Elsa Martinelli .

Merci de ne pas diffuser ce texte sans en mentionner l'origine, ce serait sympa
Extrait du livre " Mes Stars" de Willy Rizzo

" Juillet 1962. Ce jour-là, toutes les plus belles femmes du monde étaient devant moi, réunies en une seule personne. A ma disposition, Marilyn Monroe, légende vivante, star des stars, posait pour moi, l'envoyé spécial de Paris Match à Hollywood. Au-delà de ce moment unique, je voyais là un autre chapitre s'ajouter au roman d'amour que je vivais avec une ville qui me faisait rêver depuis toujours.
Combien de fois étais-je venu dans la ville mythique du cinéma, depuis la naissance de Paris Match, en 1949 ? 5fois, 6 fois, 7 fois ? Au moins 10 fois, sans compter mon premier voyage pour l'agence Black Star, juste après la guerre, voyage qui avait commencé par un flirt poussé avec New York, avant de finir en coup de foudre pour Hollywood. Ici, j'étais chez moi. Comme à Paris, comme à Rome. Avec mes habitudes. A peine arrivé, je téléphonais à mes copains acteurs Kirk Douglas, Louis Jourdan, au producteur Sam Spiegel. La vie était belle, douce et facile, dans cette Californie peuplée de palmiers, de stars et de pin-ups (espèce disparue) parfaites et inaccessibles -( pas toutes-, qui faisaient de la plage de Malibu l'un de mes lieux de rendez-vous préférés.
Les autres photographes du journal, mes amis parisiens, m'enviaient : "tu pars encore pour Hollywood ? N'oublie pas ton maillot de bain ! Bonjour à Marilyn..."
J'ai tout entendu. Ce qu'ils ne voulaient pas savoir, mes chers amis, c'est qu'en réalité je travaillais beaucoup. Je réalise aujourd'hui, avec un certain étonnement, que je ne suis jamais allé en Californie pour y passer des vacances. C'était toujours dans un but précis, un reportage sur une vedette, un tournage, un producteur. Bien sûr, je serais de mauvaise foi si je ne reconnais pas qu'il était plus agréable de passer l'après-midi chez Gary Cooper que d'aller photographier les usines Michelin dans la banlieue de Clermont-Ferrand. La préparation et la réalisation d'un grand reportage sur Hollywood exigeaient du travail, pas mal d'entregent et un solide réseau de relations. Il ne suffisait pas de claquer des doigts pour voir les stars se présenter en courant devant l'objectif.
Leurs agents, en ce temps béni, n'étaient pas encore devenus les pitbulls intraitables qui sévissent aujourd'hui, et, si les choses se passaient bien en général, il fallait tout de même respecter un certain code hollywoodien.
Marilyn Monroe était un cas à part. Dans la famille difficile, on demandait Marilyn et on était sûr d'être bien servi. Caprices, retards, sautes d'humeur, absences, rien ne manquait à la panoplie de la star la plus célèbre du monde, qui défrayait aussi la chronique pour la liaison malheureuse qu'on lui prêtait avec John Kennedy, à qui avait succédé son frère Bobby dans le coeur de l'actrice.
Autre grave sujet de déprime pour Marilyn, la Fox pour qui elle tournait SGTG, sous la direction de George Cukor, excédée par ses exigences, ses retards répétés et ses malaises prétextes, l'avait renvoyée dans ses foyers le mois précédent.
Cela faisait beaucoup d'obstacles à franchir pour un photographe de passage à Hollywood, qui voulait, lui aussi, immortaliser la star. Mais, moi qui n'étais ni producteur ni réalisateur, moi dont la vie ne dépendait pas des caprices de Miss Monroe, qu'avais-je à perdre en essayant d'obtenir l'impossible, un rendez-vous avec elle ? Avec un peu de chance, peut être... Justement. Un jour, au cours d'un déjeuner, un ami metteur en scène, à qui je commence à raconter mon histoire, ne me laisse pas finir : " J'ai tout compris. Je connais bien l'agent de Marilyn. On va lui téléphoner tout de suite et on va bien voir."
Sitôt dit, sitôt fait. "Je suis actuellement avec mon copain Willy Rizzo, du grand magazine Paris Match. Il est venu spécialement de Paris pour photographier Marilyn (faux, bin sûr, je faisais un reportage sur Hollywood en général). Je sais que je demande la Lune, mais est-ce ce que tu pourrais lui arranger quelque chose ?" "Impossible. Ca ne va pas, elle a des problèmes, elle refuse tout." " Oui, mais elle n'a pas une très bonne presse en ce moment. Tu ne trouves pas que ça lui ferait du bien d'avoir quelques jolies photos dans un grand magazine ?" " je vais voir ce que je peux faire, mais je ne promets rien."
Franchement, j'avais peu d'espoir. Quelques jours plus tard, miracle. " L'agent est au bout du fil : Marilyn a dit oui. Je n'en reviens pas. Où aura lieu la séance ? demande-t-il. Je suggère chez elle. pas question. Là, j'ai un problème. Mais la chance ne m'abandonne pas. Le jour même, une amie met sa maison à notre disposition. Le gros morceau maintenant, c'est l'heure du rendez-vous. Je propose le matin, c'est le moment où la lumière est la plus belle. Le matin ? L'agent est stupéfait qu'on puisse imaginer que Marilyn se lèverait pour faire des photos. Finalement, ce sera le surlendemain après-midi, 15 heures.Le jour dit, j'attends avec mon assistant, prêt comme je ne l'ai jamais été. 15 heures, 16 heures, 17 heures. Pas de Marilyn. Elle est prête, elle va partir, elle arrive, l'agent me tient au courant par téléphone. Et puis, un dernier appel : " Elle ne peut pas venir, elle ne sent pas bien".
Mais rien n'est perdu. Un autre rendez-vous est pris pour le lendemain, même heure , même endroit. Nous y sommmes. 15 heures, 16 heures, 17 heures, pas de Marilyn. Appel de l'agent : " cette fois, elle arrive vraiment !" Oui, elle arrive, seulement il est 18 heures et la lumière a fichu le camp.
Mais quand je la vois, ma mauvaise humeur disparaît comme par enchantement. Le corps, les cheveux, la peau, le regard, la démarche, les plus belles photos d'elle que j'ai vues sont en dessous de la vérité. Elle est magique...Et, en plus, elle s'excuse. " Pardonnez-moi, je suis sincèrement désolée, je suis si fatiguée, je n'y arrive plus. Demain, je vous le promets, je vous le jure, je serai à l'heure." Et elle m'embrasse ! Moi, conquis et lâche : " Pour vous, je pourrais attendre une semaine..."
Troisième épisode. Le lendemain, même heure, même décor. Nous attendons. Cette fois. Marilyn est "à l'heure", c'est à dire à son heure : 17 heures. Elle est aussi belle que la veille, mais il y a un fond de tristesse qu'elle ne cherche même pas à cacher. J'ai eu l'impression qu'elle n'était déjà plus là. Elle s'était fait maquiller avant de venir, et ce n'était pas une réussite, mais il fallait profiter vite de ce moment qui ne se représenterait jamais. Se sentait-elle coupable de m'avoir posé 2 lapins ? Elle a été d'une douceur et d'une docilité étonnantes, à des années lumière de son image publique. Après, elle s'est assise, nous avons parlé. " J'adore Paris, mais je ne peux pas y aller, je ne peux plus aller nulle part..."
Cette première rencontre inoubliable fut aussi une dernière séance : 15 jours plus tard, Marilyn disparaissait. "
Chris

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cpassionmarilyn.com
Chris
Admin
avatar

Messages : 2940
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 52
Localisation : Marignane

MessageSujet: Re: Rizzo Willy   Ven 18 Fév - 20:52

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cpassionmarilyn.com
Chris
Admin
avatar

Messages : 2940
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 52
Localisation : Marignane

MessageSujet: Re: Rizzo Willy   Ven 18 Fév - 20:53

Le coiffeur présent sur les clichés semblent être Julius l'assistant de George Masters.
Chris
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cpassionmarilyn.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rizzo Willy   Lun 21 Fév - 17:15

J'avoue que mise à part une ou 2 ce n'est vraiment pas mes préférées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rizzo Willy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rizzo Willy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les appareils photos de Willy RONIS
» Willy Wrestle Fest
» Sauvez Willy
» Willy Ronis : La mort d'un humaniste
» Chilly Willy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marilyn au fil du temps :: Photographies :: Les photographes-
Sauter vers: